L’obéissance au Saint Père


Messages de Jésus sur :

 

MCC 1  du Jeudi 19 septembre 1996

(arrivée de Jean-Paul II à Tours)

Jésus le Christ te dicte: sois la petite reine de Ma tendresse, toi, Ma petite enfant bénie. Sois toute à Moi afin que Je puisse, en te comblant, combler le monde. Donne-toi toute à Moi, afin que Je transparaisse en toi, t’illuminant de Ma joie et de Ma douceur.

Douce enfant, regarde-Moi et dis-Moi: as-tu souri quelquefois en Me ressentant souriant — quand Je te donne de Me voir ainsi avec les yeux de l’esprit?

Oui, tu as souri, te demandant parfois pourquoi, car tu ne t’y attendais pas. Eh bien, c’était Moi, Jésus-Christ, qui transparaissais en toi ainsi: Je souriais, et Mon sourire se reflétait en toi, que Je porte en Moi…

Vois-tu, quand ton âme est abandonnée à Mon Esprit-Saint, Celui-ci demeure en toi et vit en toi, Me donnant de rayonner Ma Présence à travers toi.

(Si tu souris parce que Je te donne Ma paix, ne doute pas… car le démon ne fait pas sourire…)

Je te donne Mon Esprit-Saint, afin qu’Il fortifie ta foi et te rende Mienne entièrement; qu’Il te donne ainsi de ne plus jamais Me craindre; et qu’enfin, Il te donne de prophétiser dans ton pays, et «ailleurs» encore, ce que Je désirerai, Moi, Jésus-Christ. Il t’apportera le zèle pour Me servir et une foi débordante de tendresse et d’amour pour ton Jésus que tu aimes tant déjà.

Désormais, et de plus en plus, Je Me manifesterai en toi, te donnant au monde pour le combler de Mes bienfaits, lui donnant ainsi de revenir à Moi.

Marie, ta maman du ciel, veillera sur toi en toute heure: Je t’ai confiée à elle particulièrement, pour qu’elle protège ta mission et ceux que Je te donne d’aimer (…)

A présent, regarde-Moi et écoute: tu seras de plus en plus à Ma ressemblance… Veux-tu l’être? Je te donnerai Ma Présence d’Amour qui ne te quittera pas: Je te l’ai souvent dit, oui…

Mais maintenant, tu vas Me comprendre et aussi Me consoler de t’avoir vue si triste parce que «Je te manquais».

Les ténèbres spirituelles ne seront pas, dans les années à venir, pour les petits enfants qui auront accepté d’être purifiés dans Mon Amour: la nuit ne sera plus alors, car le règne de Jésus dans la Gloire est bien la Présence constante du Christ Jésus que Je suis, dans les cœurs.

Œuvre avec courage — Mon courage —, car les persécutions ne tarderont pas d’arriver sur toi, mais elles t’effleureront, tant tu Me seras unie et fidèle, tant Je mettrai de joie en toi.

Va, petite âme que Je préfère.

Que Mon Pierre bien-aimé — Jean-Paul II — affermisse ta foi sur ce que Je désire de toi. Ecoute-le pendant qu’il est dans ton pays, et aime-le.

Je le bénis, et Je te bénis.

Jésus-Christ

 

MCC 5 – du Mardi 13 juillet 1999

 Jésus-Christ te dicte: Je te bénis.

Quand Mes brebis sont apeurées (Mes prêtres), c’est que le loup rôde et leur fait peur. Le loup, c’est satan, déguisé en berger chez certains responsables ecclésiastiques. Ces derniers tentent Mes prêtres par des théories et commandements mauvais. Alors les prêtres atteints ainsi prennent peur et acquiescent, par faiblesse.

Nul ne peut être victime de satan, s’il prie et vit saintement. Mais beaucoup de prêtres ne vivent plus saintement et alors ils sont victimes des loups qui travaillent contre Jean­Paul Il.

Prie pour que les prêtres reviennent vers Moi, à travers la prière, afin que Je les éclaire sur ce qu’ils doivent faire. Le moment est grave car satan est acharné. Je veux sauver Mes brebis.

Parcours la terre en donnant Mon Message aux prêtres également. Dis-leur de revenir à la contemplation de Mon Cœur pour qu’ils ne suivent pas un mauvais chemin.

Dis à ceux qui t’écouteront qu’ils ne doivent pas désobéir à Mon Pierre, car alors ils font fausse route. Dis-leur de venir à la Lumière car il est temps.

Prêche Mon Retour dans les cœurs et demande aux âmes de prêtres d’accueillir Mon Esprit Saint qui souffle si fort à votre époque.

Je te bénis. Va: travaille.

Jésus-Christ

 

MCC 6 du Mercredi 7 février 2001  

Jésus-Christ te dicte : Je te bénis.

Parce que Je vous ai tout donné, Je vous apporte aussi la guérison. Guérison de vos âmes, de vos cœurs, blessés par les péchés, par les souffrances.

Vous devez avoir foi en Moi qui suis l’Amour. Vous devez avoir foi en Mon Amour de Miséricorde qui ne change jamais.

Mais pour obtenir la guérison profonde, vous devez accepter de vous repentir de tous vos péchés. Car ce sont eux qui font barrière à la guérison de votre être. Ce sont eux qui mettent tant de poison et de souffrances en vous.

Devenez petits, devenez comme des enfants, venez vous repentir de vos manques d’amour : alors Je pourrai écarter de vous ce mal qui fait obstacle à la guérison.

Soyez heureux lorsque Je vous envoie des âmes brûlantes d’amour, des instruments tout donnés à Mon Cœur, sur cette Terre (que ce soient des âmes sacerdotales, religieuses ou laïques) ; car par l’amour de ces âmes-là, Je vous donnerai vie et guérison.

Comprenez qu’il n’y a que l’Amour qui puisse guérir vos plaies si grandes demeurées sur vos âmes.

Eloignez-vous de ceux qui prétendent vous guérir par des dons qui ne viennent pas de Moi. Car ces personnes-là peuvent vous tromper par une guérison physique apparente qui vous laissera un grand mal en plus, sur votre âme.

Qui n’a pas un cœur enflammé pour Moi, Jésus-Christ, qui ne vit pas entièrement dans Mon Eglise, obéissant à Mon Pierre (Jean-Paul II), qui ne grandit pas dans l’humilité, la prière constante, l’abandon total à Ma sainte Volonté, ne vous apportera pas la vraie guérison, celle qui vient de Dieu.

Priez donc pour être éclairés, en ce temps, car beaucoup sont là pour vous tromper. Celui qui prie ne s’égarera pas ; celui qui aime sera préservé. N’ayez donc pas peur mais demandez la Lumière de l’Esprit Saint.

Quelle guérison devez-vous implorer ? Celle de votre cœur en premier lieu, car c’est seulement par Mon Amour déversé en vous que vous vivrez. Puis demandez les guérisons que vous désirez, et faites confiance à Ma Miséricorde, à Ma Sagesse. Abandonnez-vous, en tout instant, à Ma sainte Volonté : c’est ainsi que vous trouverez le repos et la joie…

Je vous bénis, vous qui M’accueillez.

Jésus-Christ.   

MCC  8 – 47 du Mardi 21 février 2006

Jésus-Christ te dicte: Je te bénis.

Le péché

Ma fleur, Mon Cœur est transpercé par des âmes se disant Miennes, qui M’offensent gravement et se perdent…

Celui qui Me choisit ne peut rester du monde, car il est alors divisé. Une âme qui se dit catholique, convertie, qui Me reçoit dans la sainte Eucharistie sans respecter Mes commandements, sans Me chercher d’un cœur droit, sans obéir à Mon Pierre, cette âme ne peut être Mienne, car elle accueille librement l’esprit du mal.

Si vous voulez vivre, vous devez revenir aux commandements de Dieu, et cesser de lacérer Mon Cœur par vos péchés sans cesse renouvelés, dans lesquels vous vous complaisez.

Chaque péché est une abomination, lorsque Je vois l’âme le commettre sous Mon Regard et dire que ce n’est pas péché. Bien plus graves sont les péchés de ceux qui se disent Miens que ceux des âmes qui ne M’ont pas encore rencontré.

Je vous ai donné un chef dans Mon Eglise: Pierre. Je vous ai donné le catéchisme, par Mon Eglise. Mais tant préfèrent ignorer Mes Dons pour se livrer plus tranquillement à leurs sordides péchés. Tant Me crucifient à nouveau, vivant dans les péchés capitaux qui entraînent vers la perdition éternelle. Je suis las. Car vous vous dirigez vers la géhenne de feu, pour ne pas vous abaisser devant votre Créateur qui vous ramènerait à la Vie.

Vous êtes noyés pour beaucoup dans l’orgueil, l’impureté, la cupidité, perdant ainsi toute dignité. Et tant prétendent pourtant être chrétiens, catholiques…

Mon Eglise est pillée par le mal, et beaucoup d’entre vous, faisant partie de Mon Eglise, contribuent à la détruire.

Je vous ai prévenus, avec Marie, par tant de messages… Et vous piétinez Mes envoyés, continuant ainsi l’œuvre des mauvais, de génération en génération.Pauvres âmes égarées volontairement… Vous accumulez les péchés, augmentant la Sainte colère du Père, qui ne peut plus retenir Son Bras.

Abaissez-vous, car le mal en vous est allé trop loin. Humiliez-vous car le temps est proche de l’avertissement.

Fleur, Je te bénis. N’aie pas peur. Œuvre et prie, et souris-Moi, proclamant la Vérité de l’Evangile. Je te bénis.

Jésus-Christ.

 

 

JRG 4 du Mercredi 24 novembre 1999

Jésus-Christ te dicte Je te bénis.

Partage avec Moi ceci…

Mon Cœur a mal parce que les âmes (une grande partie) refusent la Vérité. Vois-tu, quand Je parle à travers un instrument, un serviteur, satan se déchaîne dans l’homme qui l’accepte, pour refuser Dieu. Et le mal est fort parce que l’homme est orgueilleux.

Alors, tu vas Me dire que Je t’envoie Me servir dans un monde bien «particulier» puisque le mal est si présent… Et bien Je te répondrai qu’en disant la Vérité, tu hâteras Mon Royaume de paix ici-bas. Car Je vais ouvrir des cœurs fermés, inconscients, endormis… Je vais faire cela en ton temps par pure grâce, par Miséricorde, parce que Je veux vous sauver.

Mais retiens bien que, si Je vais toucher des cœurs de grands pécheurs M’ayant complètement délaissé, ce sera plus difficile de toucher des cœurs qui prétendent détenir déjà la Vérité, car ces derniers ne sont pas humbles ce sont ceux qui refusent l’Esprit Saint et blasphèment contre Lui ils sont plus difficiles à convertir que des âmes n’ayant pas entendu parler de Moi.

Tu sais cela…

Sois douce avec les plus grands pécheurs. Quant à ceux qui se disent chrétiens et blasphèment contre Mon Evangile, contre Mon Pierre (Jean-Paul II), reprends-les fermement car ils sont en danger…

Je te bénis.

Jésus-Christ

 

MCC 8-78 du Mardi 8 août 2006

Jésus-Christ te dicte: Je te bénis.

Ma Parole agit dans les cœurs purifiés, car ils se sont abaissés devant Dieu Un et Trine; alors le Très-Haut a pu les élever et leur donner la Lumière du Saint-Esprit.

Si vous saviez combien Dieu vous aime, vous seriez déjà au ciel sur la Terre… Vous pouvez pourtant connaître déjà un peu de cet Amour, mais qui le veut vraiment? Si vous le vouliez, vous vous abaisseriez et seriez à Mon écoute, afin de vous laisser nourrir jour après jour. Alors, l’intelligence viendrait en vous. Acceptant de ne pas comprendre toutes Mes Voies, vous abaisseriez votre esprit d’orgueil et alors vous comprendriez par l’Esprit Saint.

Je vous ai demandé de ne plus pécher, car vous perdez votre âme… Je vous ai enseignés, sans relâche, mais avez-vous accueilli Ma Parole? Avez-vous changé? Etes-vous devenus des assoiffés de Mon Cœur? Si c’est oui, vous êtes sur le chemin du bonheur. Si c’est non, il vous faut regarder votre conscience, vous abaisser, vous repentir, car la Vérité de l’Evangile ne changera jamais; elle ne s’adapte pas au gré (des époques) des âmes… Elle demeure éternellement.

Si vous voulez être heureux, mettez Dieu en premier; alors vous serez élevés au-dessus de la boue du monde.

Bientôt, Je reviendrai. Il sera trop tard, pour beaucoup… Trop tard pour vous réjouir de Ma Venue, car l’acclimatation au péché vous aura fait perdre toute intelligence, alors vous ne pourrez que souffrir, à la vue de ce que vous avez fait.

Bientôt, une lumière brillera dans le ciel étoile: celle de Ma Croix. Joie pour les humbles, terreur pour les méchants…

Votre Dieu est las..

Quand à vous, Mes petits, réjouissez-vous, car ce moment vous emplira de Ma Présence Tendre et sanctifiante…

Marchez, évangélisez, ne craignez personne, et suivez Mon Pierre.

Je vous bénis.

Jésus-Christ

 

JRG 1 du 24 octobre 1994

Jésus te dicte:

Gloire à Jésus, Fils de Marie.

Je désire te donner un enseignement sur le fardeau qu’est pour Moi le défi jeté sans cesse par les hommes que sont Mes âmes sacerdotales, à l’autorité de Mon Pierre: Jean-Paul II.

J’ai dit à Pierre, Mon apôtre, qu’il était le chef de Mon Église chrétienne et catholique, et en cela, l’autorité que Je lui ai conférée ne peut en aucun cas être remise en question par les hommes, quels qu’ils soient. Je te dis ceci: tous les papes dirigeant Mon Eglise catholique depuis le commencement où Je l’ai fondée, sont Mes Pierre, et aucune âme sacerdotale n’a le pouvoir de l’attaquer comme cela se passe en ce moment, sur ce qu’il commande à Mon Eglise.

Je suis son guide de tous les instants et Je l’inspire par l’intermédiaire de Mon Esprit Saint. Je l’aime et le protège bien souvent des loups féroces qui le dévoreraient s’ils le pouvaient.

Je répète ici que toute âme qui se dit chrétienne est dans l’obligation d’obéir à Jean-Paul Il, et de ne pas le trahir en complotant dans son dos de quoi le forcer à abdiquer à de sombres machinations que Je vois et punirai justement.

Soyez fidèles à Mon Pierre et ne vous opposez jamais à lui: voici 1a demande que Je réitère à toute âme de bonne volonté.

Je te bénis, Mon enfant, de M’écouter avec ton cœur et de Me faire confiance pour ce qui concerne l’autorité indiscutable que J’ai donnée à Pierre.

Vois-tu, bien des hommes cherchent à M’effacer cruellement en changeant Ma Loi et en la remplaçant par une loi humaine, dictée par satan, et contrevenant à tout ce que J’ai prêché avec Amour, par Amour aux hommes de tous les temps.

Ces loups – car Je les nomme tels – qui se dépêchent de détruire Mon Jean-Paul Il pour mettre à sa place l’homme de leur choix qui acceptera leurs sombres idées fausses et destructrices, et bien Je les évincerai avec Justice, lorsque viendra l’heure proche de leur outrage honteux à Ma gloire: Je les détruirai, eux et leurs comparses qui ont voulu prendre Ma place en effaçant Ma Loi et Mon Sacrifice, pour avoir les honneurs et la puissance.

Ne crains rien, Mon enfant, car ces rebelles ne resteront pas longtemps à l’œuvre. Dieu ne laissera pas faire cela! Je viendrai, bien vite, et ferai Justice.

A toi, Je dis: obéis au pape Jean-Paul Il, quoique tu entendes: suis-le et obéis-lui avec amour. Prie pour lui et ne te laisse jamais égarer par ceux qui prêchent une doctrine contraire à la sienne qui est la Mienne.

Je te bénis, et te serre bien fort contre Mon Sacré-Cœur.

Jésus

Vous trouverez d’autres messages sur ce thème dans les livres et chapitres suivants :

(JRG = Jésus revient dans Sa Gloire)

JRG 1 du 1er octobre 1994

JRG 1  du 10 novembre 1994

JRG 4 du 24 novembre 1999

 

29 avril 2018

La Sainte Messe, l’Eucharistie


Messages de Jésus sur :

 

MCC  3 – 89   Jeudi 7 mai 1998

Jésus-Christ te dicte : Je te bénis.

Honore-Moi en venant à la sainte Messe chaque jour si tu le peux. Mon Amour est si fort pour toi qu’Il veut se donner entièrement chaque jour. Apprends à connaître la messe : c’est le lieu de la sanctification des âmes, l’endroit où Je déverse des grâces abondantes. Viens dans la foi.

Peu d’âmes Me donnent leur cœur pendant la sainte Messe. Elles ne Me regardent pas. Et pourtant la liturgie est là pour vous apprendre à Me regarder. Mais vous regardez un Dieu mort car vous n’avez pas de foi ; alors vous devenez tièdes et éloignés de Moi.

Apprenez à vous unir à toute l’Eglise, durant la sainte Messe. C’est l’ensemble des croyants qui vient à Ma Table Me recevoir. Alors Je vous unis à Moi.

Soyez humbles et recueillis durant la messe : Je suis au milieu de vous: réservez-Moi vos regards et vos paroles. Ne M’oubliez pas en bavardant où en vous montrant… Je suis là à vous écouter, à vous regarder pour essayer d’emmener votre cœur dans le Mien. Apprenez à Me regarder.

Durant la sainte Eucharistie, Je suis présent entièrement parmi vous, avec Mon Corps et Mon Sang : acceptez de Me donner tout de vous en cet instant où le ressuscité vient vous offrir Sa Vie. Prenez Mon Corps, prenez Mon Sang, en ayant conscience que vous Me recevez en tant que Dieu. Donnez-Moi votre cœur pur afin que Je M’y repose en venant en vous. Purifiez votre cœur avant de Me recevoir : ne venez pas avec un cœur partagé et couvert de péchés, car alors vous M’offensez cruellement.

Si des péchés sont en vous, venez Me demander pardon à travers le sacrement que Je vous ai donné. Mais ne venez pas souillés…

Par la sainte Messe, Je Me donne à vous chaque jour si vous le voulez. Vous pouvez recevoir votre Dieu quotidiennement. Encore faut-il que vous Me désiriez car le désir est amour. Si vous ne Me désirez pas, demandez-Moi le désir de Dieu et Je vous le donnerai.

Bien peu savent l’importance de la sainte Messe: elle est pourtant le salut du monde entier… Réalisez le don que Je vous ai fait en venant à vous ainsi…

Pratiquez Mes saints commandements, et pour les pratiquer, venez Me recevoir, car là est toute votre force. Ayez foi dans Celui qui vient vous donner la vie et vous verrez des merveilles de grâces.

Entendez-Moi dans votre cœur durant la sainte communion. Faites silence pour Me connaître, Me comprendre : la grâce pénétrera en vous.

Enfin, gardez-Moi quand vous sortez : ne M’oubliez pas : Je suis en vous. Restez à Me contempler pour accueillir les grâces que Je vous ai données. Ne Me quittez pas.

Je te bénis, Ma petite enfant : Je t’ai formée, pour que tu Me reçoives ainsi. Laisse-Moi te modeler encore plus pour que tu puisses Me sentir davantage encore.

Je te bénis. Garde toujours le cœur pur.

Jésus-Christ

 

MCC 3  –  26     Mercredi 8 avril 1998

Jésus-Christ te dicte: Je te bénis. Mange Mon Pain, enfant, aussi souvent que tu le peux. Je suis la nourriture de ton cœur, afin que tu aies la vie. Promets-Moi de ne jamais refuser Mon Pain (eucharistique), car il est source de toute grâce. Pour toi comme pour chacun, Je Me suis donné entièrement, tant Je vous aime. Prends donc ce que tu as de plus cher: Mon Corps dans la sainte Eucharistie.

Voilà des siècles que Je M’offre sur l’autel, pour la rémission des péchés et le don de la vie éternelle. Chaque fois que le prêtre M’élève, Je suis sur la Terre au milieu de vous. Quel don plus grand aurais-Je pu vous faire…

Mon Nom Saint est sur les lèvres de toutes les âmes du Ciel, et il devrait en être ainsi sur la Terre. Mais vous ne savez plus Qui s’offre à vous ainsi dans la sainte Eucharistie. Vous ne percevez plus Ma présence parce que vous n’avez pas foi. Que de mal vous Me faites ainsi…

Je vous donne Mon Corps pour vous purifier, vous sanctifier en vous faisant vivre dans Mon intimité. Et vous Me faites mal, bien souvent, en ne croyant pas à Ma Présence ni à Mes bienfaits.

Je suis là, pourtant, à attendre que vos cœurs s’ouvrent. Mais combien désirent Me laisser entrer? Bien peu. Les autres M’accueillent dans la sainte Eucharistie comme un bout de pain, un symbole… Que vous êtes loin de la Vérité.

En M’offensant cruellement ainsi, vous détournez vos âmes de Moi, de la Lumière. Ouvrez donc les yeux et revenez à l’Amour.

Je vous ai aimés jusqu’à Me donner à vous chaque jour de votre existence, si vous le désirez. Mais bien souvent vous n’avez pas même un regard pour Moi en Me recevant. Vous dites des prières que vous n’écoutez pas vous-mêmes et vous restez loin de Moi.

Comment se fait-il que vous alliez encore Me recevoir dans de telles conditions? Quel moteur vous anime si ce n’est pas l’amour? Croyez qu’il vaudrait mieux pour vous ne pas Me recevoir plutôt que de le faire en M’offensant si fort. Votre Jésus n’est pas un symbole : Il est présent dans la sainte Eucharistie et veut votre regard, votre amour. Laissez-Moi vous éclairer et revenez vers Moi avec un cœur pur.

Je vous bénis, vous qui Me savez présent. Je bénis ceux qui ont le cœur pur. Et Je te bénis, Ma petite enfant si tendre.

Sois en paix.

Jésus-Christ

 

MCC 5 – 34  Vendredi 29 janvier 1999

Jésus-Christ te dicte : Je te bénis.

Je vais te reparler de la Sainte Communion, puisque tu as reçu des questions à ce sujet.

Je suis Saint : c’est pourquoi Je vous demande de Me recevoir de la main du prêtre, quand vous le pouvez, dans la bouche, après vous être agenouillés.

J’ai Moi-même donné Mon Corps dans la Sainte Communion, dans la bouche, à Mes apôtres. Voilà pourquoi Je veux venir « directement » en vous, de la main du prêtre qui agit in persona Christi. N’oubliez pas que c’est Moi, le Christ, qui Me donne à vous à travers la main du prêtre. Et alors, ne refusez pas la « bouchée » que Je vous donne, parce que vous M’offensez.

Ce que J’ai fait ainsi, en instituant la Sainte Eucharistie, est saint. Vous ne devez pas changer ce que J’ai fait.

Si vous Me recevez dans les mains, vous refusez que Je vous donne Mon Corps comme Je l’ai fait pour Mes apôtres, en « intercalant » votre humanité entre Moi et votre cœur. C’est un peu comme si une personne vient vous embrasser et que vous lui tendez la main…

N’oubliez pas que Je suis Saint, que vous devez Me recevoir saintement, pour ne pas Me blesser.

Rien ne vous empêche de vous agenouiller avant de vous relever pour Me recevoir : cela, Je le désire aussi de tous ceux qui veulent M’aimer.

Mais ne donnez pas prise aux disputes sur ce sujet. Je le redis encore : que chacun écoute son cœur et Je l’enseignerai. N’oubliez pas que Je ne viens jamais imposer, mais proposer Mon Amour.

Ne critiquez pas, ne jugez pas, et écoutez Mon Cœur.

Apprenez aux enfants à Me recevoir saintement, Je vous en prie.

Et puis, soyez dans l’allégresse de venir Me recevoir, car c’est Ma Vie que Je vous donne.

Et puis, quand la nécessité l’indique, vous pouvez alors et seulement donner la Sainte Communion, vous, laïcs que Mes ministres choisissent, et la porter aussi aux malades.

Je vous bénis, vous qui écoutez Mon Message.

Et toi, petite enfant, fais toujours ce que Je te demande et ainsi Je viendrai, heureux, dans ton cœur.

Mets la paix là où il y a des disputes et dis toujours que l’Amour ne s’imposera jamais, mais qu’Il vous dira toujours la Vérité en vous indiquant le bon chemin.

Je te bénis.

Jésus-Christ

 

MCC 7 – 77  Lundi 8 novembre2004

Pureté

Jésus-Christ te dicte… Continuons : Je veux tant vous offrir…

Quand les âmes se tournent vers Moi, d’un cœur droit et amoureux, Je leur donne la pureté, vertu irremplaçable, car celui qui choisit de M’accueillir ne peut vivre dans l’impureté.

Fleur, le profond dégoût que tu ressens face aux âmes impures est ce que Je ressens : et pourtant Je te cache la plus grande part de ce que Je vois…

Dans aucun cœur Je ne peux entrer, s’il accepte l’impureté. Car Je suis Saint, et celui qui s’avilit, ainsi, devenant pire qu’un animal, Me salit, M’offense gravement, terriblement, au point que celui qui Me reçoit dans la Sainte Eucharistie avec un si grave péché devra expier dans la douleur du feu une telle offense.

Je suis Saint et Je suis l’Amour. Et donc Je suis Juste. Tout ce que Je vous offre, la Vérité de l’Evangile, est juste : si vous ne l’acceptez pas, si vous tordez Mes Paroles pour qu’elles vous conviennent, vous aurez à répondre de vos offenses si graves dans la douleur.

Je vous ai donné des lois qui portent vie. Mais si vous les refusez par orgueil, par vice d’impureté, vous vivrez une réelle souffrance jusqu’à ce que tant d’immondices soient brûlées.

Je suis Doux et Je vous veux vivants, heureux. Mais en vous abandonnant aux péchés capitaux, vous agissez sous l’emprise de satan qui veut vous perdre, vous rendant aussi laids que lui.

Alors, comment pourrais-Je vous regarder vous précipiter ainsi dans la fournaise, alors que vous êtes Mes créatures?

Voilà pourquoi J’élève la Voix : pour que vous M’entendiez, vous réveilliez.

 

 MMC  8 – 47   Mardi 21 février2006

Jésus-Christ te dicte : Je te bénis.

Le péché

Ma fleur, Mon Cœur est transpercé par des âmes se disant Miennes, qui M’offensent gravement et se perdent…

Celui qui Me choisit ne peut rester du monde, car il est alors divisé. Une âme qui se dit catholique, convertie, qui Me reçoit dans la sainte Eucharistie sans respecter Mes commandements, sans Me chercher d’un cœur droit, sans obéir à Mon Pierre, cette âme ne peut être Mienne, car elle accueille librement l’esprit du mal.

Si vous voulez vivre, vous devez revenir aux commandements de Dieu, et cesser de lacérer Mon Cœur par vos péchés sans cesse renouvelés, dans lesquels vous vous complaisez.

Chaque péché est une abomination, lorsque Je vois l’âme le commettre sous Mon Regard et dire que ce n’est pas péché. Bien plus graves sont les péchés de ceux qui se disent Miens que ceux des âmes qui ne M’ont pas encore rencontré.

Je vous ai donné un chef dans Mon Eglise : Pierre. Je vous ai donné le catéchisme, par Mon Eglise. Mais tant préfèrent ignorer Mes Dons pour se livrer plus tranquillement à leurs sordides péchés. Tant Me crucifient à nouveau, vivant dans les péchés capitaux qui entraînent vers la perdition éternelle. Je suis las. Car vous vous dirigez vers la géhenne de feu, pour ne pas vous abaisser devant votre Créateur qui vous ramènerait à la Vie.

Vous êtes noyés pour beaucoup dans l’orgueil, l’impureté, la cupidité, perdant ainsi toute dignité. Et tant prétendent pourtant être chrétiens, catholiques…

Mon Eglise est pillée par le mal, et beaucoup d’entre vous, faisant partie de Mon Eglise, contribuent à la détruire.

Jésus

 

Vous trouverez aussi des messages de Jésus sur la Sainte Eucharistie, dans les passages suivants :

MCC 1 du 30 mai 1995

MCC 1 du 07 juin 1995

MCC 1 du 16 septembre 1995

MCC 2 du 06 octobre 1997

MCC 2 du 13 octobre 1997

MCC 2 du 14 octobre 1997

MCC 2 du 17 octobre 1997

MCC 2 du 26 octobre 1997

MCC 2 du 28 octobre 1997

MCC 5 – 96 du 09 novembre 1999

MCC 6 – 102 du 30 juillet 2000

MCC 7 – 32 du 30 juillet 2003

MCC 7 – 39 du  04 septembre 2003

MCC 10 – 56 du 13 juin 2015

 

 

 

28 avril 2018

L’importance des Sacrements


Messages de Jésus sur :

 

MCC = Messages de Conversion des Cœurs

JRG = Jésus revient dans Sa Gloire

 

JRG 1 – du Mardi 27 juin 1995

Gloire à Jésus, Fils de Dieu et de la bienheureuse Marie toujours vierge

Jésus te dicte : J’ai laissé Mon Église à Pierre, afin de vous donner la vie.

L’Église est Mon Corps, les chrétiens sont les membres. De même que le corps est uni aux membres, de même les chrétiens doivent vivre dans Mon Eglise.

Pourquoi? Parce que J’ai laissé à Pierre le soin de bâtir Mon Église une, catholique, et apostolique : J’ai désiré qu’elle soit saint c’est-à-dire pure, afin qu’elle soit à même d’aider toutes les âmes.

J’ai laissé Mes sacrements d’Amour, qui donnent la vie, au sein d Mon Église, et je les ai confiés à Pierre pour qu’il veille sur eux.

J’ai donné Marie, Mère sainte entre toutes les femmes, pour entourer Mon Église de sa sainte protection.

Mon Église est garante de la foi: c’est-à-dire que le chrétien peut s’appuyer sur Elle pour trouver le chemin éternel qui mène au Père :  Jésus le Christ.

Je ne laisserai jamais l’âme de bonne volonté qui vit au sein de Mon Église – en la respectant et en lui obéissant – être fourvoyée par le mal.

Vous avez reçu les sacrements pour gagner la vie éternelle, en vous sauvant du péché originel – de sa tache – et en vous donnant de vivre dans la pureté par la grâce que Je déverse en vous lorsque vous recevez un de Mes sacrements.

De même que Mes sacrements sont indispensables au chrétien digne de ce nom, car ils apportent l’amour dans le cœur, de même la messe – sacrifice suprême de votre Dieu fait homme – est indispensable à l’âme qui désire vivre dans la plus grande intimité avec le Christ.

A la messe, Je déverse des grâces sans nombre dans les âmes qui ont foi en ce don total que Je leur ai fait en venant dans ce petit morceau de pain: grâces de pureté, d’amour, de paix, de justice, de discernement, et bien d’autres encore.

Par ce petit morceau de pain devenu Mon Corps pendant la consécration, Je Me donne entièrement, totalement, à chaque âme qui Me reçoit.

Existe-t-il des âmes qui Me donnent tout d’elles, à Moi, leur Dieu, qui vous ai fait don de Moi-même dans Mon infinie bonté? Y a-t-il des âmes qui contemplent Mon Amour en Me recevant et sont prêtes à ouvrir leur cœur complètement pour Moi, le Christ?

Je suis “entre vos mains”, lorsque vous Me recevez : que vous soyez brûlants d’amour ou tièdes, purs ou pleins de vos fautes non pardonnées, Je suis là, en vous: votre Dieu vient en vous. Comprenez Mon humilité et Mon don d’Amour qui va jusqu’à Me donner à des âmes qui M’offensent ouvertement…

Comment trouver le Christ si vous reniez Mon Corps qu’est l’Eglise? Comment dire que vous M’aimez si vous ne désirez pas Mes sacrements d’Amour qui sont dons extrêmes (dont vous ne soupçonnez pas la grandeur)?

Comment voulez-vous Me comprendre si vous ne respectez pas ce que Je vous ai donné dans l’Église, par Mon sacrifice sanglant?

Celui qui M’aime fait Ma volonté, car il sait que Ma volonté est Amour et que Je vous veux auprès de Moi dans le bonheur éternel.

Si vous ne Me connaissez pas “dans” Mon Église, Je ne vous le reproche pas : mais maintenant que vous comprenez que l’Eglise est Ma source pour vous, entrez là où Je vous appelle, dans cette église qui sera sur votre chemin. Si vous avez peur de ne pas Me comprendre, en entrant dans cette église, Moi, le Christ, Je vous bénis d’avoir fait ce pas et Je vous aiderai à Me trouver bien vite.

Quelles que soient les erreurs que peuvent commettre les âmes religieuses, Je suis là, Moi, le Christ, et Marie, votre Maman du ciel est là aussi pour vous envelopper de son amour; quelles que soient les difficultés que vous rencontrerez, d’amour, de compréhension…, Mes sacrements sont là pour vous donner la vie et la clairvoyance.

Ne refusez jamais Mon Église: Je vous l’ai donnée pour que vous viviez en Moi et Moi en vous.

Par le baptême, le pardon des péchés, l’Eucharistie, Je vous donne le bonheur éternel.

Que celui qui désire comprendre Mon don d’Amour ouvre son cœur et Je lui répondrai…

Et toi, petite âme, garde en ton cœur les grâces que tu as reçues de ton Dieu et ne les oublie jamais. Cherche-Moi davantage encore en Me recevant dans les sacrements et tu connaîtras Mon Cœur Sacré qui brûle de se donner.

Dans l’Église se trouve Mon Cœur

Jésus le Christ

 

MCC 1 du mercredi 7 juin 1995

Si tu as le cœur en Jésus-Christ, rien ne peut t’arriver.

Avoir le cœur en Dieu, c’est entrer dans le mystère de la Trinité sainte : comme Moi, le Christ, suis Un avec le Père et le Saint-Esprit, le cœur qui se donne à Dieu est un avec Moi.

Etre un avec le Christ, c’est Me laisser libre d’envahir ton âme selon Mes desseins merveilleux. C’est comprendre que Je Me place en ton cœur, te donnant de «Me vivre», et extirpant tout ce qui est mal de toi.

Ce qui est «mal» en toi est ce qui n’est pas entièrement Moi: il ne s’agit pas de mal volontaire enraciné, chez les âmes qui désirent Dieu, mais de même que l’âme ne se sent unie parfaitement à Dieu qu’au ciel, de même Je ne M’unis à elle sur la terre qu’en fonction de la «place» qu’elle désire Me laisser: beaucoup de place chez Mes saints, et bien peu chez ceux qui Me refusent.

Ce mal est léger chez les âmes qui privilégient l’amour au détriment de la haine, mais il en existe toujours un peu sur la terre cependant: c’est le péché; car tant que l’homme est sur terre, il subit la tentation de la chair avec tous ses péchés capitaux.

Dois-tu en conclure que Je ne peux Me reposer dans l’âme sur la terre? Non, enfant : Je n’aurais pu si Je n’avais donné Ma Vie pour vous; mais l’ayant donnée avec tout Mon Amour, Je vous ai permis de vivre totalement en Moi, par le don de Mes sacrements:

— baptême pour vous redonner vie;

— sacrement de réconciliation pour vous pardonner vos chutes et vous rendre purs à nouveau, purs de la grâce reçue au baptême;

— et enfin Mon Saint Sacrement, don de Moi entier et total dans l’Eucharistie, à ceux qui désirent être unis au Christ.

Comprends-tu le don de Mon Amour? Comprends-tu combien Je vous ai aimés pour désirer vous unir aussi parfaitement à Moi qu’au ciel?

Certes, la chair retient l’âme sur la terre, mais le don de Dieu aux hommes est tel, qu’ils peuvent, depuis la rédemption, œuvrer sur terre en considérant que la vie éternelle leur est acquise, pour peu qu’ils le désirent.

Cette union de la créature avec son Créateur, Je l’appelle fusion intime de la Grâce avec l’âme: fusion de l’Amour Divin et de l’amour humain qui en viennent à ne former qu’un seul Amour, Mon Amour qui vit et qui est.

Lorsque l’âme accepte l’Amour Divin, Me laissant libre d’œuvrer en elle, Je prends possession d’elle dans la sainte communion : don intime et merveilleux dont bien peu se rendent compte.

Don de Dieu parfait, entier, total, exquis, pour la créature dont Je suis passionné…

Toi, viens Me recevoir, tout de suite…

Vois-tu enfant, l’Amour que tu ressens en ce moment, c’est le don de Dieu à ton âme, don que Je peux faire à l’âme qui Me désire totalement, amoureusement.

Quiconque vit en Moi peut ressentir cet Amour que Je te donne, quoique de façon exclusive à chacun, et donc différente, mais seule l’âme unie à Mon Cœur Divin par la pureté que Je mets en elle, pour peu qu’elle le désire, peut entendre tressaillir Mon Cœur de la sorte.

Réjouis-toi du don de Dieu pour toi, enfant… Tu le dois vraiment.

 

Je désire te parler de ce qu’est le mal, à présent. Le mal est avant tout refus de Dieu, refus de l’Amour infini. L’âme qui accepte le mal se désintéresse de l’amour vrai, ne le désirant ni pour elle ni pour les autres; elle accepte de devenir esclave des attirances de ce monde, se passionnant pour tout ce qui n’est pas saint et engendre le vice : orgueil, convoitise, égoïsme, luxure…

 

L’âme est libre: personne ne peut lui enlever son désir d’Amour si elle ne le souhaite pas; personne.

Ceux qui désespèrent parce qu’ils ne trouvent pas l’Amour seront sauvés, enfant, toujours, et même s’ils deviennent esclaves du péché : pour peu que le désir d’amour leur reste, Je les sauverai.

Mais Je ne peux sauver ceux qui ne veulent pas et il y en a…

 

Alors Je demande aux âmes qui M’aiment de toutes leurs forces, de M’aider par leur amour, à donner le cœur que Je désire aux âmes sur le bord du précipice. Par cet amour vrai que Je reçois, Je sauve, par Mon désir infini de M’attirer toutes les âmes afin que pas une ne soit privée du bonheur éternel.

 

Aux âmes qui M’aiment passionnément, Je ne demande que leur amour dans l’offrande de leur vie à tout ce que J’exige d’elles dans Ma passion amoureuse.

Et si Je permets les souffrances de la croix pour chacun de Mes bien-aimés, Je donne la joie, au plus profond de l’âme, et Je comble de Mon Amour celui qui a partagé avec Moi dans la confiance et l’espérance.

 

Celui qui demeure en Moi n’aura peur de rien, car Moi, le Christ, Je le consolerai et le comblerai de Mon Amour.

 

Le bonheur sur la terre n’est pas possible humainement parlant mais si le ciel se penche sur l’âme qu’Il aime en la comblant de Son Amour, alors l’âme désireuse de connaître le bonheur du ciel peut le posséder sur la terre, et ce malgré les souffrances qui sont le lot de chacun.

 

Pour l’âme qui vit en Moi le Christ, sur la terre, Je peux faire des merveilles et la rendre heureuse: c’est le «ciel sur la terre».

Jésus-Christ

 

MCC 2 –  du Mardi 14 octobre 1997

Jésus-Christ te dicte: Je te bénis.

Qui Me mange aura la vie éternelle. Qui Me reçoit, dans la sainte Eucharistie, avec un cœur pur, est destiné à Me rejoindre dans le royaume de Dieu.

En ces temps qui viennent et sont là déjà, on vous dira: «Ce n’est pas la peine de vous confesser souvent à un prêtre, on reçoit l’absolution collectivement, pendant la messe»; ou encore: «Ce n’est pas la peine de communier fréquemment: cela ne sert à rien».

Et bien, Je vous dis, Moi: «Si vous voulez vivre de Ma parole, et que l’Esprit Saint demeure en vous, confessez-vous régulièrement, à un saint prêtre, et recevez-Moi chaque jour si vous le pouvez». Ainsi, vous garderez un cœur pur, et la Sagesse, l’Amour vous habiteront.

Non, ce n’est pas vain de se confesser une fois par mois, car Je donne Mes grâces en abondance à ce moment-là, privilégié, où Je vous redonne un cœur pur; c’est là que vous trouverez la force d’aller plus loin.

Non, ce n’est pas vain de Me recevoir chaque jour; parce qu’ainsi Je vis en vous et vous garde du mal. Je Me transmets à votre cœur, en Mon Amour infini; et vous qui M’accueillez, vous devenez heureux et saints comme Je le Suis.

Recevez donc les sacrements que Je vous ai donnés, et priez pour les avoir toujours, car ce serait la mort s’il ne se trouvait plus de prêtre pour les donner.

Je te bénis, toi qui Me reçois si fort, petite enfant. Vis de Moi constamment.

Jésus-Christ

 

Vous trouverez d’autres messages dans les livres et paragraphes suivants :

MCC 5 (Messages de Conversion des Cœurs N°5) – 96   Mardi 9 novembre 1999

MCC 10 – 56  Samedi 13 juin 2015

JRG 1  du 20 juillet 1995 et du 28 juillet 1995

JRG 1 du 1er août 1995

JRG 1 du 19 décembre 1995

JRG 1 du 25 décembre 1995

JRG 2 du 6 juillet 1998

JRG 3  du 19 et du 20 septembre 1998

JRG 3 du 15, du 19 et du 29  novembre 1998

JRG 4 du 18 et du 22  novembre 1999

JRG 4 du 23 décembre 1999

JRG 4 du 03 et du 07 janvier 2000

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27 avril 2018

L’Adoration Eucharistique


Messages de Jésus sur :
Le samedi 1er octobre 2005 Jésus dicte à Françoise un magnifique message sur l’Adoration Eucharistique.

Lien pour téléchargementMessage de Jésus sur l’Adoration Eucharistique

Samedi 1er octobre 2005

Jésus-Christ te dicte : Je te bénis.

L’Adoration Eucharistique

Contemple-Moi dans le silence de ton âme afin que Je te nourrisse profondément. Je Me tiens là devant toi, prêt à te combler au-delà de tes espérances.

Sois sous mon regard, tout petit, pour que Je t’abreuve. Fais taire en toi tout bruit, toute pensée inutile, afin que Je puisse te transpercer de Ma lumière d’amour, de Mon Saint-Esprit.

Apprends à Me contempler en t’oubliant pour Moi : t’oublier, c’est tourner ton regard vers Moi et laisser ton esprit en repos afin que Mon Saint-Esprit trouve en toi une place pour se poser (comme l’on poserait une lampe pour éclairer un lieu).

Tiens-toi devant Moi dans la confiance ; Je suis miséricorde et Je te veux intime avec Moi. Je suis celui qui t’aime le plus. Si tu es silencieux, si tu accueilles Ma paix dans la foi du tout-petit, tu sentiras Ma présence au plus profond de ton être. Je te répare, te polis, t’éclaire, te nourris, te donnant de Me connaitre, de rencontrer Ma Sainte Tendresse pour toi.

Si tu es plein de misères, de pêchés, viens Me les apporter, dans le sacrement de réconciliation : tu seras alors délivré des mauvaises herbes qui t’empêche de vivre. Ose te plonger dans l’océan de Ma miséricorde : Je t’étreindrais contre Mon Sacré Cœur et ta vie sera renouvelée.

Espère en Moi, regarde vers Moi. Laisse-toi traverser par Mon regard d’Amour.

Adore-Moi, remets ta vie entre Mes mains, fais-Moi l’offrande de ton cœur, te confiant à Marie, Ma Sainte Mère qui te présentera à Moi avec toute sa tendresse.

Ne pense pas, ne réfléchit pas. Ose faire silence, car Je suis là et J’attends avec « impatience »de pouvoir te nourrir.

Qui que tu sois, Je t’aime à la folie. Permet-Moi d’œuvrer en toi, par ton oui librement prononcé, amoureusement choisi.

Alors Je te visiterai et tu seras consolé.

Je te bénis, Moi, Jésus-Christ, avec tout Mon Amour pour toi qui m’écoute.

Jésus-Christ

Vous trouverez aussi dans les livres suivants des messages de Jésus sur ce thème.

MCC – Tome 6 – N° 218

MCC – Tome 7 – N° 3 et N° 5

 

 

 

20 avril 2018

Le Sacrement de réconciliation


Messages de Jésus sur :

Mardi 15 septembre 1998 – MCC Tome 4 – N°40

Jésus-Christ te dicte : Je te bénis.

As-tu vu quelle grâce te donne le sacrement de réconciliation ? Il t’exauce, te donnant la joie de vivre dans Ma Lumière, en Ma Présence… Tu t’es confessée presque chaque semaine, ces derniers temps, parce que Je désirais te combler de Ma grâce. Ce que tu as senti, après avoir reçu Mon sacrement (joie et Présence divines), Je te le donnerai à chaque fois.

Il faut prendre le temps de « recevoir » ce sacrement, afin de regarder les grâces reçues. Il faut oser admirer ce que Je donne. La joie d’être purifié se ressent intensément dans le coeur. dE même, Ma Présence s’accentue chez tous ceux qui Me désirent.

Alors, venez goûter à la joie de la conversion totale, qui passe par le sacrement de réconciliation. Venez adorer votre Dieu trois fois Saint, en contemplant Ses merveilles.

Quand vous vous confessez avec votre cœur, l’obscurité fait place à la Lumière que Je suis. La crainte, la tristesse s’en vont pour laisser dans le cœur une joie profonde : c’est le miracle de Ma grâce en vous.

Honorez-Moi. Ne refusez pas Mon sacrement, car il est Vie pour vous. Je vous le donne grâce à Ma mort sur la Croix… Je vous en fais cadeau pour votre salut éternel.

Venez à Moi trouver la Lumière grâce au repentir. Quand vous repartirez, pardonnés, vous deviendrez source de vie, pour vos frères. Vous irradierez Ma Présence et Ma paix.

Je te bénis.

Jésus-Christ

 

MCC – Tome 3 N°114 (dans un paragraphe concernant l’Eucharistie)

« Je Me suis donné pour un grand nombre mais vous n’avez pas assez faim de Moi. Vous Me recevez souvent en étant tachés par le péché et sans amour. Osez revenir à Moi après avoir été purifiés dans le sacrement de réconciliation. Puis venez souvent et soyez nombreux. Mon Pain est la Vie et donne la vie. Il est Moi, Jésus-Christ, qui viens emplir vos cœurs de Mes grâces.

Mais vous devez Me recevoir dignement, purifiés. Car vous Me faites offense lorsque vous venez, souillés de mauvaises actions, vous approcher de Ma Sainteté. Vous ne le voudriez pas vous-mêmes si vous voyiez de Mes Yeux. »

 

Et dans :

MCC – Tome 1 – N°11.

MCC – Tome 3 – N° 252.

MCC – Tome 4 – N° 39, 40, 64 et 69.

MCC – Tome 6 – N° 4, 135, 139.

JRG – Livre I – Samedi 15 octobre 1994, jeudi 10 novembre 1994, mardi 6 juin 1995, samedi 29 juillet 1995, dimanche 17 décembre 1995.

JRG – Livre II – Samedi 4 juillet 1998.

JRG – Livre III – Mardi 15 septembre 1998, dimanche 15 novembre 1998, jeudi 19 novembre 1998.

JRG – Livre IV – Samedi 24 juillet 1999, samedi 14 août 1999, vendredi 26 novembre 1999.

 

 

 

12 avril 2018